• Délire d'Homme Très Mince

    Théâtre d'auteur

     

                                                       ACTE II

                                         Scène III - PLANTU, GRANDEGU...
              (À l'intérieur d'une vaste usine - à l'étage, des cellules alignées.
               Au rez-de-chaussée, un bureau éclairé par une lampe.
               Le reste est dans la pénombre. Une silhouette, au centre, debout.)

                                           PLANTU (entrant sur scène)
                                Ils sont là. Ils vont nous attaquer sous peu.

                                                     GRANDEGU...
                J'étais sûr qu'ils arriveraient par là. Nos troupes sont positionnées ?

                                                     PLANTU
                                  Telles que tu les as placées : sous peu.

                                                      GRANDEGU...
                                                  Gross'Fouine est là ?

                                                         PLANTU
                    Si oui, il ne se montre pas. A moins qu'il n'ait parlé bravoure
                                 pour mieux l'éviter, comme d'habitude !

                                                      GRANDEGU...
                              Soit. Il est temps pour nous d'entrer en scène ...

                   ( Ils sortent tous deux et en voix-off, on entend GRANDEGU...
                      s'adresser à ses partisans ).

                                                      GRANDEGU...
                      Soldats ! La bataille qui va avoir lieu, est notre dernière ...
                                              Y'a intérêt à la gagner !

     

     

                                     Scène IV - TECHNICIENS N°1, 2, 3
                         (Bruits de fusils, cris de guerre et d'agonie.
                          Des ordres sont donnés sur fond de courses éperdues.
                          Une grande explosion et la salle se retrouve dans le noir).

                                              TECHNICIEN N°1
                                    T'y es pas allé un peu fort, là ?

                                              TECHNICIEN N°2
                             Ça se répare aussi vite que ça a pété.

                                              TECHNICIEN N°3
                                                    Mouais ...

     

     

                          Scène V - GROSS'FOUINE, GRANDEGU..
                 (Deux personnes face à face.
                  L' une est assise, l'autre debout, mains menottées dans les dos).

                                              GROSS'FOUINE 
                   Vous ne vous attendiez pas à cette issue, pas vrai ?

                                                GRANDEGU...
                         Issue ? Ce n'est pas le mot que j'utiliserai.

                                               GROSS'FOUINE
                    Vous ne voulez toujours pas croire à ma victoire ?

                                                GRANDEGU...
                       Victoire ? Ce n'est pas le mot que j'utiliserai.

                                              GROSS'FOUINE
                           Vos répliques ne varient pas tellement !

                                               GRANDEGU...
                                     Autant que vos discours !

                                              GROSS'FOUINE
                                        Je représente le Peuple.
                                        Je SUIS La Voix Du Peuple.
                                        J'écoute La Voix Du Peuple.
                                        Je parle La Voix Du Peuple.
                                                       Je ...

                                                GRANDEGU...
                                      On dirait un titre de journal...
                   (et ajoutant, devant l'incompréhension de son vis-à-vis)
                                     ..."La Voix du Peuple"...

            GROSS'FOUINE (se levant, furieux, s'approchant de GRANDEGU...)
                 J'ai fait ce que j'ai pu. Je me suis battu, seul ou presque, contre
                      l'Europe, contre les Grandes Puissances économiques.
                             Que voulez-vous que je puisse gagner ?

                                                GRANDEGU...
                                             Une guerre civile ?

                                             GROSS'FOUINE
       Uniquement par votre faute. Vous ne m'avez pas laissé une chance.

                               GRANDEGU...  (fidèle à son nom)
                         Une chance de relancer la croissance ?
                 Une chance de bannir le racisme et l'antisémitisme ?
               Une chance de vous engager totalement pour votre pays ?
                Une chance de ne pas choisir de femmes ou d'hommes
                                  intouchés par le scandale ?
                                     (sur un ton accusateur)
         Vous avez placé une minorité de femmes à des postes subalternes.
                  Vous avez recruté des voleurs et des assassins.
           Vous avez abdiqué comme les autres devant l'Europe.
                 Vous avez plumé les derniers français à s'en sortir.
                   Égalité sociale, certes : tous dans la même Misère !
                         Le Moyen-Âge amplifié : quelle avancée !

                                              GROSS'FOUINE
         Vous n'étiez pas aux commandes ... Les conditions de la reprise du
                                        Pouvoir étaient ...

                                                GRANDEGU...
          Raison de plus pour ne pas faire de promesses promises au vide !

                                             GROSS'FOUINE
         Et bien en voilà une que je tiendrai : vous serez exécuté demain,
                                    en place publique !

                                                       

                                    SALLE DANS LE NOIR

                             Scène VI - TECHNICIENS N°1, 2, 3
                                                        

                                        TECHNICIEN N°1
                                           C'était prévu ?

             (Soupir du TECHNICIEN N°2 tandis que pouffe le N°3)

     

                          Scène VII - GROSS'FOUINE, Foule.
      (Une potence à gauche de la scène.
       A droite quelques personnes amorçant un début de foule.
       Au milieu, au fond, une tribune où siègent les représentants du Gouvernement.
       Au centre, devant, Gross'Fouine.
       On amène le prisonnier, on lui passe la corde au cou, et GRANDEGU... est pendu
       dans les murmures désespérés de la foule).

                                          GROSS'FOUINE
               Voilà ce que j'en fais, moi, des hommes très minces !

     

                                            ACTE III

     Scène I - VISSLARD, NULLOS, VRAIDERCHE, BUTEUR, GLAND, GROSS'FOUINE.
    (Une vaste table ronde. Six personnes assises autour discutent de tout et de rien).

                              VISSLARD (élevant le ton).
                              Nous n'avons plus le choix.

                           (Silence - tous se regardent).

                                            NULLOS
                 De toute façon, il ne nous reste plus que ça !

                                         VRAIDERCHE
      Nous avons pris la bonne décision puisque nous ne pouvons plus
                                revenir en arrière.

                                             GLAND
                                      En avant non plus.

                                       (Petit rire général).

                                   BUTEUR (sur un rictus)
                 Ce n'est pas l'opposition qui nous contredira.

                                       GROSS'FOUINE
               Messieurs, la majorité l'emporte. Nous agirons ainsi !

     

                                         RIDEAU

                                                  

                       Scène II -  TECHNICIENS N°3, 2, 1.


                                  TEHCNICIEN N°3
                       C'est normal pour le rideau hun ...? ...

                     (regards étonnés des N°1 et N°2).

                                   TEHCNICIEN N°3
                               ... qu'il reste coincé ...

  • GRAND SAUT pour petits Sots

    Naître à la vie, doit ressembler à un rêve oublié au petit matin :
    on se souvient vaguement d'une situation sans être capable de se la raconter.

    Peut-être était-ce le cas de gropoum qui ne savait pas trop par quel bout prendre ses journées :
           
    « avait-il vraiment voulu devenir ce chat replet, sautant d'escalier en colimaçon
              en ratant d'une patte le vase jamais rempli de Mélissa ?»

    La queue en balance, l'oeil GROS sur un miyaou modulateur, il errait dans les pièces vides de Mélissa, à cette heure au travail.
    Ses ambitions de chat nocturne - vrombir sur les toits, les vibrisses frémissant de l'aventure à venir ... avaient fondu sous la lune.

    Mais-rrrHouhOUOUou

     ... Il devait se contenter d'attendre ...
            cet "oiseau de malheur" (expression privilège de Mélissa), stupidement chétif à vous couper l'appétit et qui ne cessait d'ouvrir son bec sur le néant.
    Depuis peu, protégé par la double vitre, le moineau stagnait sous son museau, derrière le rideau ; évidemment rien n'aurait pu empêcher les griffes chatounesques de rayer frénétiquement le carreau, ses oreilles de pointer
    vers le provocateur.
    Gropoum gigotait bêtement dans la dentelle, ce qui échauffait Mélissa :
    parce qu'elle ne changerait pas "une fois de plus ces voilages qui coûtaient le poil qui le recouvrait !"
    L'autre abruti ne s'envolait même pas à la suite de la chasse au journal que Mélissa brandissait au-dessus du crâne de son chat.
    L'agitateur dissimulé, serrait toujours ses ailes contre lui, à croire qu'il craignait qu'on les lui vole.

    Maintenant qu'il y réfléchissait, cet oiseau devait être suicidaire ...
                                                                                 ou ... très futé !
    Voulait-il en finir avec une vie de vols allers-retours inlassablement répétés chaque année ?
    A moins -
    (et Gropoum ne penchait pas tellement de ce côté, à cause de la
    "cervelle d'oiseau" - expression occasionnelle de Mélissa) -
    qu'il ne se sache à l'abri puisqu'un chat ne saurait ouvrir une fenêtre !

    Parvenu là, il s'étonna :
    Avait-il jamais vu cet oiseau voler ?
    Comment arrivait-il sur le rebord ?
    A pattes ?
    Possible ...
    Il avait déjà vu un pigeon traverser un passage clouté.
    Le perturbateur était sans doute tombé d'un nid et sans avoir eu de mère pour le lui enseigner, il n'avait pas appris à voler.

    Tu as bien su chasser sans professeur, toi !

    « Ouais mais un oiseau c'est pas très courageux ! »

    Il observa le maigrichon : il devait redouter la vitesse
                                                      éprouver une angoisse des hauteurs ...

    « Un oiseau ? Tu kidding ? »

    Un bruit de clé dans la serrure annonça le retour de Mélissa.
    Il se retourna sur le buffet puis jaugea la distance jusqu'au sol.
    Les griffes au bord, il leva son derrière pour basculer tête plus avant et position fusée, il atterrit lourdement sur le parquet qui encaissa l'écho de son poids, justifiant ainsi son légendaire surnom.

                                    De nom, il n'avait jamais eu.

    Gropoum alla droit sur sa compagne, lui miaula la bienvenue.
    Elle le caressa.
    Il se frotta contre elle, leva vers elle ses grands yeux amoureux qu'un ronron tendrement chanté, adoucissait encore.
    Mélissa l'enlaça et lui qui n'aimait pas être prisonnier, se laissa enfermer dans ses bras. Il espérait qu'elle sentirait l'ampleur de ce sacrifice et l'amour qu'il recélait, lui, qui avait si peu d'expressions pour le lui signifier.

    Mais à cet instant d'effusion -
    Mélissa aperçut l'oiseau.

    Elle eut une onomatopée d'agacement surpris.
    Gropoum, qui la perçut remontée, s'enfuit de ses bras.
    Elle se dirigea d'un pas saccadé sur l'oiseau, prit au passage le journal-remontrance et ouvrant la fenêtre, bouscula l'oiseau.
    Dans sa rage, elle n'avait plus pensé à la vivacité féline, en attente au fond de Gropoum. Le rapace grâcieux, sauta sur sa proie.

    Trop ressort, l'élan le porta plus loin que l'oiseau qui lui échappait et tous deux soudain au-dessus du    vide   

                        se regardèrent...

    Derrière, le cri de Mélissa lui fit réaliser le trottoir qui l'attendait,

                                                                            en bas.

    L'oiseau déploya ses ailes et le cui-cui sardonique, l'abandonna à son sort.
    Lui, volait... ENFIN !

    Gropoum thérapeute - Génial !

    Sa patte arrière fut brutalement retenue sur un gémissement aigu.
    Il percuta la façade avec un POUM qui lui fit battre son record.

    Mélissa ( Quel réflexe de chat ! ) - remonta son cascadeur
    et le tint contre elle, un peu sonné.

    - Au moins, ce "drôle d'oiseau" ne reviendra plus - murmura-t-elle autant pour lui, que pour elle,

    (- je ne t'oublierai jamais ...
     - Ben MOI, SI ! )

    Et bien c'est ça ! Qu'ils les oublient donc ! Tous les deux !

  • DJauny Car

    - Je ne t'oublierai jamais ...
    - Ben MOI, SI !!!

    Et d'un pinceau de mauvais poil, il était allé reproduire sur le capot de sa bagnole, le buste de Johnny Hallyday sous des couleurs criardes, f¦r¦a¦n¦g¦e¦s en action.
    Il avait marqué les traits du chanteur comme ces peintres de rue qui accentuaient le moindre pli, ou forçaient l'ombre. Le chanteur devait lever un bras sur un mugissement inaudible tandis que ses yeux invectivaient la "méduse" bornée qui venait de plaquer son dessinateur.
    La chevelure de lion dégageait la fronce au-dessus du regard et l'on devinait la lanière de sa guitare sur un début d'épaule.

    Ensuite au volant de sa voiture moutarde, la radio-cassette en gyrophare sur le répertoire de son idole, "L'Incompris", ayant renoncé au Népal, s'était exilé dans la vieillesse provençale d'un bourg entre collines et autoroute.
    A passer chaque jour dans le village, il avait su y développer une assistance souterraine. Il desservait également les propriétés - rejet du centre - dans lesquelles les plus âgés se trouvaient souvent coincés :
    il leur livrait les courses
    leur lisait le journal
    les distrayait du paysage tant de fois détaillé par la fenêtre.
    Il avait élargi son altruisme aux gosses qu'il raccompagnait de l'école, puis aux jeunes filles imprudentes en fin de soirée, ou encore organisait des sorties- cinéma pour les "sans locomotion".
    On guettait ave fièvre le halo jaune entre les arbres, pare-chocs musclé sur la grand-route, dont les ailes en surpoids débordaient des rues grisâtres.

    Les alentours l'avaient surnommé - DJauny Car.

    Amant de la boulangère rongée par le goût inconsistant de ses croissants, il écoutait fréquemment les confidences du curé en mal de paroissiens, discutait avec l'institutrice assujettie à la Couronne British jusqu'à entretenir un faux accent auquel les élèves ne comprenaient rien.

    Djauny Car en oublia sa rupture amoureuse.

     

    DÉNOUEMENT SUR FOND DE SYLLOGISME

    petit a - Les chagrins d'amour ne sont qu'orgueil mal placé. -
                (Prémisse majeure)

    petit b - Or, le dévouement, c'est chasser l'orgueil de sa propre désolation. -
                (Prémisse mineure)

    petit c - Donc, les chagrins d'amour usent notre propre désolation jusqu'au
                dévouement.
                (Conclusion)