• Modèle Indiana-Jones . BrrrBaBouhhh !!! . Marine , 4 roues .

    Tout-terrains nés d'une autre jungle
    Leur destination : la ville
    Leur but : en faire leur territoire
    Leur devise : écraser la résistance
    , parmi nous, avançant sûrs de
    leur domination.

    Avec sa capote en déployage automatique, le guidon, anti-rouille, réglable sur
    trois positions, elle remontait la rue vers le centre commercial, écartant du
    trottoir le moindre obstacle, qu'il soit de mazout, d'excrément ou de main
    d'homme.
    Le harnais de sécurité 5 points était enclenché ;
    propulsée par ses pneus anti-crevaisons avec roues orientables à 160º en
    virage à sec, elle amortissait le moindre choc que le couffin élevé et spacieux
    réversible face route/face parents, diminuait déjà.
    La suspension sous le panier de 35 L qui pouvait supporter jusqu'à 10 kg,
    allait accueillir l'équivalent d'un contenu caddy Migros, alors que le crochet
    sur le guidon permettait la suspension d'un sac de 6 kg.

    De quoi faire rêver les ménagères !

    L'habitacle aux profondeurs de tente touareg, était revêtu d'un tissu
    matelassé à fleurs, concoonnnnant le passager, indifférent désormais
    à l'arrêt instantané d'urgence que le frein, à distance étudiée du pied,
    provoquerait ... indubitablement.

    Le catalogue n'avait pas menti.

    Engloutie par le sas de l'entrée, Maria refusa de céder la place à quiconque
    sous peine de restér coincée dans le cylindre.
    Elle s'enfourna ensuite dans le centre, armant la poussette telle une lance
    dressée, devant elle.
    Lorsqu'une femme, face à elle, soudain, se montra aussi belliqueuse, elle
    attrapa l'ombrelle (vendue séparément en accessoire) qu'elle posa, pour
    plus de sûreté, sur le tablier nacelle dans le cas où l'engin conçu pour les
    terrains difficiles comme la campagne, ne suffirait pas à décourager
    l'adversaire.

    Les deux landaux s'affrontèrent.

    Puis d'un coup de pneu en dérape, Maria bloqua son vis-à-vis.
    Elle jeta un oeil sur son bébé dont la tête avait à peine frémi ...
    Mais de l'autre nacelle (sur mécanique probablement moins fiable) -
    s'élevèrent des pleurs.

    Maria savoura SA victoire,
    ivre de la publicité qui clamait dans sa mémoire les vertus de tank
    de sa poussette multi-fonctions.

    Ce n'étttttait pas SON bébé à ELLE, qui pleurait !

  • Le Koala de L'Épouvante

    - Fritz ! Quel est le coefficient intellectuel d'un koala ?

    L'interpellé redressant ses cheveux en dents de scie, le poignarda
    de son regard métal.

    - Certainement plus fort que le tien !
    - Un koala est très intelligent ?
    - Pas forcément.

    Trop préoccupé, Lanz ne réagit pas.
    Mais bon, il s'agissait de Fritz.
    Autant ne pas se fâcher contre lui car si le ton s'élevait, l'âme de
    son adversaire ne tardait pas à le suivre ....

    Lanz repensa à la nuit précédente.

    koala1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    koala2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    koala3.jpg

     

     

     

     

     

     

     

                                                 •  •  •  •  •

    Il pleuvait et le koala, en boule, laissait s'écouler l'eau de pluie
    sur son dos.
    Il patientait.
    Le mur avait été facile à escalader, surtout après le pylone
    d'éclairage.
    De derrière la clôture, il observait l'humain dans son nid.

    Il ne le voyait pas très bien mais il avait appris à reconnaître
    sa voix, et surtout son odeur.
    A force de le suivre ....

    D'ailleurs il en avait plein les pattes !
    Il inserrrrrra bobinette cherrrrra une griffe dans son naseau,
    FORcément ! Il s'ennuyait ...
    Un petit somme ?
    Bôf, pourquoi pas ?
    L'humain finirait par resortir.
    Il semblait ne se douter de rien,
    Ce NAze !

    Et lÀ,
    Il L'AUrrrrait !!!

  • The Best of The Best, Chief !

    L'univers bombardait les étoiles tel un fusil à répétitions PCA* ...... ses PCA.
    On n'y aurait pas vu un pet de nébuleuse !

    Gary Sénior ** et John Sénior** de l'International Mission For Mars 2033,
    plus connue sous le sigle de l'IMFM2033, pilotaient à bord de
    l'Inquisitiveness, vaisseau équivalent à une maison de deux étages de la
    masse de plus de quarente tonnes.
    Bien sûr le poids d'un tel projet ne pouvait reposer que sur les biceps d'une
    collaboration internationale :

    La Russie avec le Cosmonaute Kalachnik-off
    La Chine avec le Tchinonaute Bing Bang
    La France et la Suisse avec le Spationaute Quasar
    L'Allemagne avec l'Astronaut Sigmund Jähn

    Les autres pays européens ains que l'Inde et le Brésil se contentaient
    d'un drapeau vaguement dessiné sur la coque pour symboliser leur
    contribution financière.
    Enfin les deux américains John et Gary : les Etats-Unis d'Amérique
    doublement représentés puisque les Etats-Unis d'Amérique investissaient
    pour les Etats-Unis d'Amérique
    .

    - John ! As-tu vérifié les rétrofusées ?
    - Non Gary, et toi ?
    - Non John.

    Astronautes à fond le casque, en peu de mots, ils saisissaient déjà la
    pensée de l'autre avant qu'elle ne soit elle-même assemblée.

    Ils tirèrent à courte grue spatiale.

    Gary tira celle de la vérification tandis que Bing Bang le remplaçait aux
    commandes (un peu risqué mais efficace !)

    - Rétrofusées - OK !, postillonèrent bientôt les hauts-parleurs
    - Il faut enclencher le système de rétropropulsion, conseilla Kalachnik-off

    Ce n'était pas si facile !

    Il fallait éviter la brusque montée de vitesse, maintenir celle du son sans
    un bruit et garder l'équilibre supersonique de l'engin, tout en appuyant
    sur trois seuls boutons.

    Heureusement ...... Garry était revenu.

    - Houston nous indique que le fret nous suit sans problémes, annonça
      Quasar très inquiet de ne pouvoir peut-être pas dormir sous son
      module d'habitation une fois sur Mars.

    - Amarsissage prévu dans 160 jours, proféra Sigmund

    - Tenons-nous prêts, encouragea Gary - Nous penses-tu
      psychologiquement en état de l'être ?......... Sigmund ?

    Ce dernier le regarda de biais.

    - Euh, Gary ... Il s'agit de Sigmund Jähn, pas de Sigmund Freud !, chuchota
      John. Il est là pour poser l'appareil, en fait, pas pour une analyse.
    - Qui s'en charge alors ?
    - Ben, à vrai dire ... L'équipe de direction n'en voyait pas trop la nécessité,
      Elle dit qu'on peut s'en passer, vu que c'est vraiment très très très long.
    - Bon. ...Excuses Sigmund ! .....Dis-moi John, serons-nous en mesure
      de poser ces 130 tonnes de mes deux d'ici là ?

     John plissa le front, la bouche, long-on-on-on-temps.

    - Oui, Gary.

    Soulagement dans la cabine.

    - On a quand même gardé un ou deux parachutes ? Quelques ballons ?
    demanda le franco-suisse
    - Tu veux dire ceux de 1974 et des astéroïdes ?

    Le russe fit rire mais la gêne dura jusqu'à la fin du trajet.

    Mars s'arrondit enfin, derrière la vitre, telle une orange lissée par le
    soleil sans limite d'horizon.
    Des traces blanches sillonnaient sa périphérie en doubles cercles.
    D'après leurs calculs, aprés leurs estimations, ils pensèrent l'avoir vue
    pour la première fois, un LUNdi.

    - Dis John, tu crois que nos descendants pourront l'admirer ?
    - Pourquoi pas, Gary - pourquoi pas ?

     

    * PCA : Particules Chargées Accélérées. Arme fort usitée dans la série
                Star Wars.
    ** Ancêtres de Gary et John, héros de l'Histoire du Lundi du 01.08.2011
         " Le Meilleur des Meilleurs, Chef ! "