• Rediffusions d'été:"La Dame qui rendait les Peluches Heureuses"

    Sur terre, il y a des gens super-utiles.

    Ils savent construire, réparer, inventer, enseigner ... Que sais-je ???

    Eh ! Bien ! Annabelle ne faisait pas partie de ces gens-là !

    Ses dix doigts ne lui servaient presque à rien.
    Elle ne consolait pas particulièrement bien ses proches ( ou lointains ...).
    - Et elle n'était même pas drôle !

    Mais elle avait UN DON :

                         elle comprenait les peluches ...

    Vêtue sombrement, le foulard en tchador, elle inspectait chaque rayon dans
    les magasins de jouets, à la recherche du jouet poilu délaissé, avec un oeil
    en moins ou une oreille arrachée ... pour l'emporter, une fois déniché,
    jusqu'à la caisse, avec fierté.

    La semaine dernière, elle avait sauvé un dragon violet dont les yeux
    l'appelaient derrière une série neuve en plants de salades.
    Elle avait immédiatement remarqué la cicatrice près du ventre :
    l'étiquette avait été violemment arrachée et le trou par lequel s'échappait
    un début de mousse risquait de vider entièrement la peluche. Elle avait
    posé sa main sur la blessure, avait couru chez elle pour rescotcher tant
    bien que mal, la plaie.
    Elle avait failli oublier de payer la caution !

    Elle ne comptait d'ailleurs plus ses trouvailles ; elle accumulait autant de
    nounours, hibou, panthère, lapin, cochon, panda, chien, chat, marsupilami,
    orignal et autres douceurs qu'une machine à coudre aurait pu confectionner.
    Parfois Annabelle récupérait les "abandonnés" parmi les enfants de ses amis,
    vieux compagnons dont ils ne voulaient plus.
    A réunir autour d'elle toutes ces esseulées, elle se sentait mère - un peu - les
    regardant avec l'attendrissement du premier achat...
    A la fin de la journée, elle n'avait qu'un désir : les retrouver et profiter de
    leur tendresse.
    Car elles lui rendaient la sienne !

    Le jour d'Anniversaire d'Annabelle SSSonna avec son RRRéveil !!!!!!!

    Elle reçut quelques cartes complétées par les coups de fil des plus distraits
    mais ne souhaitait fêter l'évènement  -
    ni avec les premières -
    ni avec les derniers.

    Quand elle rentra le soir, elle ne s'attendait pourtant pas à ce qu'elle vit
    en ouvrant la porte :

    Des banderolles de couleur traversaient le studio. Des couverts avaient été
    dressés sur la table basse et le bar. Toutes ses peluches étaient assises au
    milieu de chips et de biscuits.
    La musique démarra alors qu'Annabelle passait le seuil.

     

    Ce fut le plus beau LUNDI de SA VIE !

  • Rediffusions d'été : "Dernières Semaines Trash : tout doit disparaître !"

    POUBELL' DESTRUCTOR
    Le Gang a encore pulvérisé !

    poubNY.jpgCette fois, c'est aux environs de New-York,
    dans la déchetterie du quartier Est,
    que les bandits ont sévi.
    Les détritus ont entièrement disparu,
    les lieux en paraissent inhospitaliers tel un désert
    dont on aurait arraché les steppes.
    Seule la signature, verte, sur le sol, brille
    dans ce nouveau vide :
    POUBELL' DESTRUCTOR - ainsi se gravent-ils !
    La ville, La Grande, pleure ses excréments perdus ...

     

    LE MINISTRE PARLE !

    Mr Van Destop, Ministre de l'Environnement et du Renouvellement des
    Déchets (ERD), aux Pays-Bas, s'adresse à la presse en ce vendredi noir,
    enfin plutôt vert, durant lequel pas moins de six décharges ont été
    anéanties, tout bonnement biffées des banlieues. Affolé, le pays se
    demande où passent ses ordures. Le Ministre répond :

    Mintrepaysbas.jpg

    " Il s'agit d'une minorité subversive, qui se déclare d'un écologie gau-droite,
    soi-disant défensive, se réclamant des droits de l'humanité « à une vie
    saine libérée des odeurs et des microbes » ". Le Gouvernement, en
    association avec le Parlement Européen, lance une action de lutte anti-
    DESTRUCTOR. Des mesures de sécurité dans les aéroports, les gares
    et les centres commerciaux, sont mises en place, au moment où vous
    lisez ce journal.
    " Ne laissons pas gagner l'extrême ! " conclut Mr Van Destop.

     

     

    ilepoub1.jpgEFFEUILLÉE, L'ÎLE AUX FLEURS.

    Alors que sous le choc, la communauté internationale
    ne comptabilise plus ses pertes, la dernière île poubelle
    vient de disparaître. Plus un sac plastique,
    plus une cannette défoncée ou un trognon de pomme !
    Où vont se nourrir les plus pauvres autochtones et avant eux les porcs ?
    Le Brésil tremble mais les Maldives n'en sont pas loin.
    Thilafushi a vu ses rebuts métalliques et toxiques
    dissous, ce qui habituellement contaminait la faune et la flore de l'océan.
    Le Pacifique n'est pas à l'abri - "The Pacific Trash Vortex" - comme le
    surnomment les américains - se voit dénuder de ses plaques formées durant
    des décennies, par un long labeur de courant concentriques qui ont rassemblé
    nos saletés sous la forme d'une île. Tous ces efforts annihilés en un instant !
    Roger Moore (ha! On me corrige, pardon ...) Charles Moore obtient trois
    millions de plastique par km2.

    ilepoub3.jpgOn soupçonne une autre plaque de ce genre vers le Japon,
    dans la mer des Sagasses, à proximité de Bahamas.
    Mais POUBELL' DESTRUCTOR nous
    laissera-t-il le temps de prouver son existence ?

     

     

     

     

    ET MAINTENANT ... L'ON SAIT !Scienti2.jpg

    D'éminents scientifiques ont été réunis par le CIRS
    afin d'étudier la cause de ces destructions ou plutôt
    devrions-nous dire, de ces dissipations soudaines
    de nos débris. A l'issue d'expériences fastidieuses,
    ces chercheurs ont abouti au raisonnement suivant :
    seul un rayon laser hyper puissant, épuré de toute
    onde nocive, a pu désintégrer les poubelles et autres déchets. Le gang doit
    donc être composé de savants fort compétents. Ce que confirme le professeur
    Newstein de l'Institut Des Cerveaux Regroupés, à Cambridge, Angleterre :
    " L'esprit qui a conçu cette arme, fait preuve d'une ingéniosité révolutionnaire !
    Le laser qui la constitue, fait la différence entre une forme de vie et un objet.
    Il ne dissoudra que ce qui relève de l'inanimé. C'est phénoménal ! ".

    Scienti3.jpg

    Un aspect rassurant si l'on songe que nos vies, elles au moins,
    seront épargnées.

     

     

     

    LE MONDE EN SURSIS :
    de PÉKIN à BRUXELLES en passant par SYDNEY

    Nature1.jpgInexorablement, invariablement, les zones de recyclage
    et sites de décharges sont ciblés par le laser de
    POUBELL' DESTRUCTOR.
    Un gardien à Moscou, a lui, été réveillé par une explosion.
    " J'ai cru à la fin du monde " s'écrie-t-il en regardant l'herbe
    repousser à la place des raclures.
    En effet, on est en droit de la supputer.
    Désormais, doit-on craindre pour nos déchets nucléaires ?

     

     

     

    Des coupures de journaux se disputaient entre trois tables et deux canapés,
    sous des ordinateurs en pagaille. L'obscurité de la pièce ne révélait que deux
    silhouettes : la première penchée sur des écrans, l'autre découpant des
    articles jetés ensuite sur le sol.
    - Hé ! Franck !
    - muh ?
    - Pourquoi y nous zen veulent comme ça ?
    " ... "
    - Quand même ! On leur rend vachement service !
    Franck eut une mimique de renoncement.
    " C'est vrai qu'on va passer au nucléaire ? Cette journaliste ... là, elle en parle ...
    Franck acquiesça.
    - Ça va encore plus gu..., non ?
    - Sûrement.
    L'amateur de presse remonta les épaules pour s'encourager.
    - Dis-donc, Franck ! Rappelle-moi pourquoi on fait ça si personne n'est content ?
    Franck le regarda, cette fois.
    - Parce qu'on est des héros, mec !

  • Rediffusions d'été :"La Ferme, Nestor !"

    - Alfred ...
    ...
    - AL fred !
    - quwwoioi ... ?
    - AL FRED !!
    - Dors ...
    - Alfred, je te dis qu'on va nous rapiécer comme de vulgaires sacs.
    - RÔÔôôôô ... Qu'est-ce que tu te prends la tête ? On a la bouffe, le gîte ; pourquoi
      aller voir ailleurs si l'eau est plus sale ?

    Mais Nestor n'en démordrait pas de ses grosses dents pointues.
    Aussi dès l'aube, l'indécourageable relança-t-il :
    - As-tu revu Ali depuis deux jours ?
    - Ali qu'y'a tort quel que soit le sujet de conversation ?
    - C'est ça
    - Ben .....Non.
    - Et bien sa disparition correspond à la confection de six paires de bottes.

    Devant la mimique d'Alfred, Nestor gomma ses soupçons d'un : "Ali était très gros."

    Autre mouvement d'Alfred, cette fois confirmatif.

    - Tu proposes ?... céda-t-il convaincu de sa tranquillité s'il assouvissait les fantasmes
      de l'inquiet.
    - Aujourd'hui nous n'avons qu'à compter ceux qui sont dans le bassin. On vérifie le
      nombre demain. Après on jette un oeil à la camelote que les humains entassent
      là-bas, sur le ponton, où vient le truc qui ronfle ...

    Alfred rematérialisa la bête vrombissante qui fendait les flots non loin d'eux.

    - Et si le décompte des crocodiles absents correspond au nombre de paquets, alors -
      on saura !
    - On saura quoi ?
    - Si on finira en accessoires ...

    Alfred fit claquer ses mâchoires, ce qui attira l'attention de l'un des gardiens.

    - Et eux, tu crois peut-être qu'ils sont les GO d'un CLUB MED en pleine Afrique
      du Sud ?

    Le Nestor narquois qui l'observait, ne lui plut pas. Sans lui répondre, Alfred plongea
    dans la mousse.

     

    Le lendemain, Brutus, César et Pompéi avaient disparu.
    Ce qui décida Alfred à suivre Nestor, ainsi que quelques comparses, dans une
    opération qu'ils baptisèrent :

                                     CAÏD MAN
    Crocodiles Avenir Ïdentifié Douteux ? Mais Arrête Nestor !

    Ils commencèrent par étudier leurs geôliers et les relèves qu'ils effectuaient sur
    24 heures.
    Ils purent également établir la vitesse ainsi que la fréquence de contrôle des
    projecteurs durant la nuit, grâce à un gavial hyper-fort en calcul : Piret'aGore.

    Entassant les informations tout en badinant au bord du bassin, leur équipe put
    mettre au point la fuite de L'Ère !!!!

    croco1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    - Tu sais, on est pas les seuls à être menacés. Sur nos rivages, parfois, y'a des
    manchots qui viennent. Y savent mêm'pas ce qui les attendent - renseigna
    Théide sans qu'on le lui demande.

    De toute façon à part Théide, qui pouvait bien savoir ça ?

    - On les prévient ?
    - Pas le temps hélas !

    La veille de l'intervention deux nouveaux venus furent intégrés à leur groupe ;
    d'abord ennuyés, ils votèrent à phalanges levées pour ou contre l'admission
    des novices dans leurs rangs.

    Au petit matin, quand Philibert et Cornélius se révélèrent les seuls représentants
    de leur espèce, ils eurent comme une sécrétion d'acides gastriques.
    - Y sont où tous ?
    - Chais pas !

    croco2.jpg