• Qui s'y Frotte, s'y Plume !

    Trafalgar et Waterloo cahin-cahentèrent jusqu'à la cabane.
    Tapis à l'angle, ils guettèrent l'arrivée de la femme chargée de sacs
    dont les provisions débordaient - fort heureusement pour eux !

    Le gros des troupes sous le commandement de Gettysburg, bloquait
    la route 221 Main St pour empêcher les conducteurs de freiner leur putsch
    sur l'île de Burin.

    Waterloo fit signe à son deuxième accolyte, Barbarossa : la ménagère
    venait vers eux. Le signal donné, ils se précipitèrent sur elle pour l'encadrer.
    Sous l'effet de surprise, elle chancela avec le panier qui versa vers eux ;
    Trafalgar s'empara du jambon tandis que Waterloo piquit les chips,
    Barbarossa tenant
    leur cible en respect.
    Avec leur butin sous l'aile, ils abandonnèrent les conserves trop lourdes
    pour eux, poursuivis par les cris des enfants qui coururent un temps après
    eux mais encore trop jeunes pour qu'ils aient à en craindre quoi que ce soit.

    Las Navas de Tolosa les attendait près de la rue Collins Crowe avec Koursk
    en éclaireur. Ils apprirent de leur bec que Berezina avait échoué dans
    sa mission «forçage de portes», à peine son équipe avait-elle pu en heurter
    quelques-unes.

    Sur un autre front, celui des pelouses, Diên Biên Phu avait picoré avec
    sa bande, gazons et autres herbes sans parvenir à constituer un stock
    qui leur manquerait cruellement.

    En désespoir de cause ils dûrent se rallier au plan de Verdun :
    envahir les rues de la ville.

    Maintenant effrayés, les autochtones ne pourraient que négocier et
    les palmipèdes avaient déjà dressé la liste de leurs revendications.

     

    https://fr.news.yahoo.com/canada-des-canards-terrorisent-un-village-entier-145742840.html

  • Tombe Raide de Peggy Croft !

    peggy,cochonne,lara,croft,aventurière,muppets,combattantepeggy,cochonne,lara,croft,aventurière,muppets,combattantepeggy,cochonne,lara,croft,aventurière,muppets,combattantepeggy,cochonne,lara,croft,aventurière,muppets,combattante

  • Demeure où tu es.

    La brume stagnait en hauteur lissant le lac de ses reflets d'argent. A la proue, Ludivine
    laissait le flot huiler ses doigts, les rires de ses amis en arrière-fond.
    "La Demeure" patientait au bord du lac, forte de ses trois étages sous son large toit
    de
    chaume. Bien qu'elle ait été abandonnée depuis plusieurs années, elle attisait tant
    l'envie
    d'acheteurs potentiels que celle d'historiens en mal de patrimoine, ou encore
    attirait des
    bandes de jeunes comme la sienne.

    - Fais gaffe ! Vaut mieux emprunter l'arche de droite ! - avertit Léo bien l'air
    au courant
    des entrées de la maison.

    Marina pouffa au moment où Fred fit mine de perdre le contrôle de la barque.

    - Fais pas le con ! - menaça Seth.

    Le ténébreux et magnifique Seth dont les rêves de Ludivine s'emparaient sans lassitude.
    Comme s'il avait perçu son émoi, il tourna vers elle la nuit de ses yeux, soudain plus
    tendres.

    Ils approchaient.
    Tous fixèrent le passage étroit sous lequel la barque fila habilement grâce aux
    manoeuvres
    de Fred. Il les fit passer avec dextérité sous la voûte et entre les parois
    rocailleuses pour
    accoster avec douceur le quai qui bordait l'intérieur de la grotte.

    - Ça pue ! s'écria Marina
    - Peut-être mais c'est le seul accès : sous la maison ! Les autres sont verrouillés,
    affirma Léo une fois de plus très sûr de lui.

    Ils quittèrent la barque en emportant les provisions en prévision d'un pique-nique
    qu'ils comptaient dresser au coeur du logis.
    Une lourde porte à doubles battants semblait barrer leur chemin. Devant le mime
    du cambrioleur de coffre-fort que leur offrit Fred, Léo haussa une épaule pour écarter
    un battant sans effort. S'ouvrit alors devant eux un escalier qui s'enroulait jusqu'au
    rez-de-chaussée. Parvenus jusqu'à lui, ils découvrirent un hall immense entouré
    de salles
    plus spacieuses les unes que les autres avec au fond deux escaliers qui
    s'entrecroisaient
    pour monter vers les chambres.

    - T'as vu le lustre ? s'émerveilla Marina

    Ludivine approuva d'une mimique.

    - On visite ? - lança Fred en s'inclinant tel un page, ce qui fit à nouveau glousser
    Marina,
    aussitôt sur ses traces tandis que Léo, Ludivine et Seth venaient à leur suite.

    "La Demeure" bénéficiait de clarté et de douceur, étrangement démunie de volets,
    exposant à une poussière de cristal chacune de ses pièces. Les meubles en avaient
    été ôtés.

    Ils admirèrent fresques et plafonds ainsi que la moindre frise ou dorure.

    - On bouffe ? - Évidemment, c'était Fred.
    - T'aurais dû faire guide touristique, le railla Léo
    - C'est vrai. Ton timing est parfait. - renchérit Seth

    Fred, sans s'offusquer, mena la descente au salon où ils entamèrent leurs victuailles.
    Les plaisanteries succédèrent au badinage pour glisser bientôt vers des récits plus
    angoissants au fur et à mesure que la fin de jour les encourageait.
    Chacun y allait de son anecdote sauf Seth qui, en retrait, gardait son sourire sur
    Ludivine dont le regard régulièrement retrouvait le sien.

    - Je vais ranger les paniers, annonça Léo
    - Seul ? - insinua Fred

    L'autre rit, les incitant à découvrir le dernier endroit qu'ils avaient négligé :
    le grenier.

    - Tu parles d'un endroit hanté, râla Marina - pas même un bruit, alors, suspect ...
    - Y'a qu'à t'écouter ma chérie, susurra Fred conscient de perdre le petit faible
    que
    Marina avait pour lui.

    Seth eut un rictus. Marina se renfrogna.

    En gravissant les étages, ils aperçurent un quart de lune que libéraient les nuages
    au travers des rares fenêtres qui longeaient la façade extérieure.

    - Il en met du temps, Léo, émergea soudainement Marina
    - C'est vrai. - Mais Fred ne parut pas s'en inquiéter pour autant.
    - Je vais voir ce qu'il fait, décida Marina
    - Toute SEULE ?, intervint Fred en faisant trembler sa voix sur l'adjectif.
    - Mieux vaut être seule qu'en piètre compagnie ! Lui décocha-t-elle sans prêter
    attention
    à la main que Fred porta à son coeur avec emphase.

    Ludivine les avait devancés en pénétrant le grenier et quand elle se retourna
    pour
    remettre Fred à sa place, elle ne vit que Seth derrière elle.

    - Oh ! Il est allé se faire pardonner - Seth eut une moue - Il a été un peu dur avec
    Marina.
    Il va la rattraper et lui-même au passage.

    Elle sourit, conquise ... Elle était seule avec lui, enfin ...

    Il s'empara de sa chevelure pour la faire glisser entre ses doigts.

    - Aimes-tu cette maison ?
    - Oui ...

    Il joua avec l'une de ses mèches.

    - Cette maison attend depuis une éternité une hôtesse digne de ce nom !
    Il la contemplait avec émotion et elle voulait tellement sa bouche sur la sienne
    qu'elle
    se rapprocha de lui, un peu plus. Pourtant au lieu d'un baiser, ce fut
    un murmure
    de surprise qui s'échappa de ses lèvres.
    Ludivine se tourna vers ce quîl fixait.
    Il n'y avait rien.
    Revenant sur Seth, elle ne trouva que le vide. Jetant quelques regards inutiles
    autour
    d'elle, elle n'obtint évidemment aucune explication.

    Par une lucarne ciselée dans le mur, elle découvrit un ciel qui jetait quelques étoiles
    dans le lac.

    Elle soupira.

    Elle se sentait si sereine. Pourquoi ?
    En redescendant, elle ne s'étonna même pas du silence, des lumières éteintes, de la
    disparion
    du pique-nique et de l'absence totale de traces de ses camarades ou de
    leur passage.

    Elle arpentait une maison vide qui l'avait isolée du monde à force d'illusions.

    Cependant elle n'y éprouvait aucune crainte,
    et lorsqu'elle chuchota le prénom  ... "Seth" .... ,
                                                                           "La Demeure" se referma sur elle.

    Hanté,fantôme,frissons,piège,traquenard