• Les héros ne sont que des Bugs !

    bugs,héros,métro,circulation,feux

    bugs,héros,métro,circulation,feux

    bugs,héros,métro,circulation,feux

  • L'Avenir des Toegnolles

    Bliblish Jorkedash avait du mal avec les quelques dernières lignes.

    Il avait retrouvé Le Manuscrit sous le matelas de Jaïar Zanufred,
    en aucun cas cependant Jaïar Zanufred n’aurait dû détenir LE
    Manuscrit-Jamais-Lu.

    Et encore moins ouvert.
    Et encore moins moins parcouru.
    Et encore encore moins moins traduit.

    PARce KE ce serait L’ŒUvre de Bliblish Jorkedash !!!!!!!

    SON ŒUVRE.

     

    Les trois images de La Péroraison le laissaient dubitatif :
    elles se devaient de transcrire les trois étapes majeures de leur
    civilisation et représentaient non seulement l’apogée mais aussi
    le dénouement.

    Mais l’apogée et le dénouement de quoi ? Autant passer directement
    à la boule de gomme

     

    La première image incarnait Eumonia, « L’Heure de la Discipline »,
    qui suggérait une opposition des forces, elle-même véhiculée par
    le symbole de l’arme qu’elle attachait au temps échappé de l’horloge …

    déesse,temps,horloge,durée,civilisation

     

    - Ça veut dire quoi ?

    Vlorsotrk Xinlogtruff L.P. Sfriyouquilahintargnanmétrol, plus communément
    appelé L.P., se penchait par-dessus lui pour tenter de décrypter
    son écriture.

    - Je ne sais pas encore.
    - Et tu trouveras ?
    - Je ne sais pas encore.
    - Ah !

     Heureusement ce genre de réponse suffisait à Vlorsotrk Xinlogtruff L.P. Sfriyouquilahintargnanmétrol, plus communément appelé L.P.

     Il n’était pas question que Bliblish Jorkedash révèle quoi que ce soit
    sur L’ŒUVRE de sa vie.

     

    La deuxième image dessinait « L’Heure de la Justice », Diké,
    les mains sagement ramenées sur sa poitrine en signe d’équilibre
    des forces dont le retour stigmatisait le dialogue et la répartition
    égale des pouvoirs.

    déesse,temps,horloge,durée,civilisation

    - Dis-donc, c’est top ton truc !
    - Je ne sais pas encore.
    - Ah ouais ?
    - Ouais.

     

    Heureusement Xirouff Vlan n’étant pas du genre à compliquer ce
    qu’il ne comprenait pas, repartit aussitôt.

     

    La dernière image saisissait Érêné, « L’Heure de la Paix ».
    Visages et bras levés vers le soleil en signe de respect, jambes
    écartées pour affirmer sa stabilité, son appartenance à la terre,
    à la vie Toegnollesque, position de l’éternelle reconnaissance qui
    magnifierait son peuple et statufierait sa puissance …

     

    déesse,temps,horloge,durée,civilisation

    - Tu fais quoi ?
    - Je ne sais pas encore.
    - On va au Sommet des Quatorze, tu viens ?

     

    Gortek Jlawindru arborait ce sourire de pacotille que Bliblish Jorkedash
    détestait tant. Il devait néanmoins faire bonne figure s’il ne voulait pas
    que SON ŒUVRE de vie  soit récupérée, modifiée puis exposée à l’envie
    pour ne plus rien signifier.

    Et Bliblish Jorkedash se méfiait particulièrement de ce politicien masqué
    qu’était Gortek Jlawindru, meilleur ami comme par hasard de Jaïar Zanufred,
    lui-même propriétaire factice du Manuscrit.

    Bliblish Jorkedash ferma livres et papiers transcrits pour les ranger dans
    son traditionnel hashmordimpf, ce qui fit ricaner Gortek Jlawindru.

    - Tu sais on s’y est tous essayé.
    -  Pardon ?
    -  On ne sait pas ce que tout ça veut dire …
    -  Ça quoi ?

     Gortek Jlawindru soupira.

    - D’accord.
    - D’accord ?
    - On se l’est tous piqués les uns aux autres pour NOTRE ŒUVRE de vie
         
    mais aucun d’entre nous n’a compris ce que Le Manuscrit racontait.

    Bliblish Jorkedash fit comme si de rien n’était, se jurant à lui-même
    qu’il laisserait aux futures générations un texte dans leur langue Toegnolle
    que chacun pourrait lire.

    Maintenant qu’il soit accessible ou intelligible ne le concernait en rien.

     Ne s’agissait-il pas de L’ŒUvre de SA Vie ?

  • La Loi de Norton : parce que les actualités tombent toujours du mauvais côté.

    Sherlock, effondré devant la télé avec John H, avança sur le rebord
    de son fauteuil pour taper sur la cuisse de son ami en renversant
    quelque peu la bière du verre posé en équilibre sur son genou.

    - Je te raconte une histoire avant qu'on sombre ?

    L'autre déjà plongé dans les brumes de son taf, approuva.

    - C'est deux copains. Y'en a un qui renverse un plat d'épinards
      sur la tête de l'autre qui s'exclame :

      "Pourquoi as-tu renversé ces épinards sur ma tête ?"
      L'autre répond : "Ah ! Désolé, je croyais que c'était de la salade".

    - C'est absurde !

    - Ouais. Je sais. Mais pas plus que ça ...

    Et de désigner les informations.