• Ell'a pas D'Volets Celle-là ?

    Ell'a pas d'volets celle-là:1.001.jpeg

    Ell'a pas d'volets celle-là:2.001.jpeg

    Ell'a pas d'volets celle-là:3.001.jpeg

    Ell'a pas d'volets celle-là:4.001.jpeg

    Ell'a pas d'volets celle-là:5.001.jpeg

    Ell'a pas d'volets celle-là:6.001.jpeg

     

     

    Voilà quelques semaines déjà qu’Agathe ne parvenait plus à bien fermer ses volets roulants car la poussière - voire la saleté - enrayait le système de fermeture.

    Elle avait beau tourner la manivelle, le tablier ne descendait plus avec fluidité et elle était obligée de le remonter un peu à chaque fois pour que ce dernier retombe impeccablement sur sa fenêtre.
    Elle avait appelé le propriétaire pour qu’il contacte qui il devait contacter mais elle attendait vainement les réparations nécessaires, (nettoyage ou remplacement d’éléments ?) ...

    Encore un problème technique qui allait nécessiter le déplacement de spécialistes, sans doute les mêmes que ceux ayant installé le système électrique qui régissait la maison.
 Elle avait été un peu étonnée que tant de trous et de grilles dans les murs et plafonds soient nécessaires à la bonne marche domestique de son intérieur mais comme elle n’y connaissait rien et que le propriétaire lui avait assuré que ces dispositions étaient nécessaires et d’utilité publique, elle n’avait pas bronché.

    Néanmoins elle en avait assez d’avoir chez elle des hommes en combinaison avec boîtes à outils par terre !

    Elle râlait encore quand une explosion l’assourdit, la projetant en avant.

    Échouée sur le sol, elle ne vit plus rien : toutes les lumières avaient été éteintes.
    
Elle chercha à se redresser mais avant qu’elle ait pu esquisser un geste, des pieds l’encerclèrent. Des mains la maintinrent par terre en attachant ses bras dans son dos.

    Elle commença à percevoir les soldats qui l’entouraient et qui semblaient non seulement surgir de partout mais aussi de nulle part.

    Elle ne comprit la gravité de son cas que lorsqu’elle se retrouva à l’arrière d’une fourgonnette blindée avec vitres fumées, coincée entre les membres d’une troupe d’élite dont le chef ne prit même pas la peine de lui lire ses droits.

     


    Le 25 septembre 2016, le peuple suisse a accepté la nouvelle loi fédérale sur le renseignement (LRens) par 65,5 % contre 34,5 %. 

    Cette nouvelle loi permet d’améliorer la sécurité de la Suisse et de préserver les intérêts essentiels du pays.

    Le Conseil fédéral (le gouvernement suisse) peut ainsi confier au SRC (Le Service de Renseignement de la Confédération) des missions visant à sauvegarder l’ordre constitutionnel, la politique extérieure ainsi que la place économique, industrielle et financière suisse.


    La LRens est un petit service de renseignement ayant pour tâches principales la prévention et l’appréciation de la situation.
    Il garantit :

    - la liberté individuelle des citoyens suisses

    - les atteintes à la vie privée soumises à la plus grande réserve.

    - les nouvelles possibilités de recherche d’informations prévues dans la LRens soumises à autorisation et approuvées par trois instances : le Tribunal administratif fédéral, la Délégation du Conseil fédéral pour la sécurité et le chef du DDPS (Le Département fédéral de la Défense, de la Protection de la population et des Sports)


    Toutes les activités du SRC sont soumises à un contrôle permanent, de la part du DDPS, du Conseil fédéral et de la Délégation des Commissions de gestion du Parlement.

  • Défilé Taille XT


    Au pas cadencé, elles percutent le podium d’un genou propulsé en obus, les bras en balanciers autour des hanches qui pointent, dans un ensemble d’une délicatesse proche de l’ectoplasme.

    Les robes plombent sur des vestiges de mamelon tandis que les épaules osseuses s’en dégagent avec une grâce toute famélique.

    Quant au jeu de jambe, il  reproduit à la perfection celui de baguettes dans un restaurant chinois.

    Myriam et Gédéon, baromètre en tandem de la mode, sourient sans effort sur leurs chaises qui font face au défilé : ils représentent les principaux sponsors de la cérémonie.
    De temps en temps ils penchent la tête l’un vers l’autre et semblent en accord avec chaque détail de la soirée.
    Ainsi passent costumes, ensembles, jupes et dessous.
    Les vêtements masculins surgissent à leur tour : longueur, finesse, parfois quelques abdominaux atténuant l’androgyne.
    Tout le monde applaudit et est applaudi.
    
A l’issue une réception régale public, VIP et quelques mannequins triés sur le poids.

     

    défilé,mode,mannequins,ligne,allure,élégance,goût



    Oubliés parmi eux, Myriam et Gédéon murmurent derrière leur coupe de champagne.

    - C’est bien parti, non ?
     - Mm …
    - Regarde ! Les invités rêvent de ressembler à nos top modèles.
    - Eux oui, mais la populace a encore des doutes.
    - Nous n’aurons qu’à monter une campagne « Bonnes Résolutions » de la nouvelle année puis insister sur les problèmes de santé réglés par une silhouette idéale.
    - Silhouette ! C’est approprié.

    Communion de leurs deux regards.

    - Je t’avais dit qu’une invasion réussie passait forcément par un plan marketing.
    - Soit. Mais nous n’avons pas pleinement convaincu la masse.
    - Décidément tu as le sens de la formule  !
    - Les récalcitrants « il faut les faire tomber à coup de pubs, de messages médiatiques ! », dixit nos supérieurs
    - Il faut surtout mener le combat sur le front des bons vivants.
    - Oh avec ce qu’on leur réserve comme future alimentation : insectes, aliments lyophilisés etc …  Ils perdront l’habitude de bien manger puis de manger …
    - Nous devons proscrire alcool, jus de fruits … pour les remplacer par de l’énergétique.
    - T’as raison. Il vaut mieux ne conserver que les fumeurs. Ils perdent le goût, tombent malades et gardent la densité nécessaire.
    - Restreins aux drogués alors parce qu’ils sont plus manipulables.
    - Il reste juste le problème de la taille, plus long à résoudre. Il les faut aussi grands que nous.
    - On a bien déblayé avec les vaccins pour bébés ; leur transformation génétique alliée aux reproductions entre ces cobayes de nouvelle génération feront le reste.

    Sourires de circonstance.

    - Le pire est qu’ils finiront par trouver ça joli.
    - Que le Cosmos t’entende !
    - C’est déjà entendu. Si ceux-là adoptent notre physique, les autres suivront. Nous serons acceptés sur Terre, puis consacrés. En moins de temps qu’il n’en faut pour ne rien avaler, nous deviendrons les maîtres des lieux avant qu’ils aient fini leur régime.

    Ils parviennent à masquer leurs rires mais pour des extraterrestres déguisés en humain : rien n'est plus dur.

  • A la prochaine Ch'Expire !

    Ch'Expire1.jpgCh'Expire2.jpg

    Le bateau abandonnait les rêves comme le poète sa patrie qui, sans un regret pour lui, disparut derrière les vagues qui masquaient peu à peu l’horizon.

    Voilà.
    
Il était parti.
    
Vers une contrée si loin de sa terre, de sa langue et de ses coutumes.

    Mais l’une comme les autres ne l’avaient-elles pas rejeté ?
    
Sur cette mer même qui emportait ses désillusions, noyait ses rêves, pourrait-il aborder de nouveaux espoirs ?
    
Voici qu’il se mettait à composer malgré lui, l’inspiration planant telle cette mouette au-dessus de l’eau.

    Il se secoua.

    Un répit -
    
Se l’accorder avant de se lancer dans cette aventure qui risquait soit de le consacrer, soit de l’anéantir.

    « Ma liberté est aussi vaste que l’océan, et mon ardeur aussi abyssale : plus je l’abandonne, plus elle me laisse car l’une et l’autre sont illimitées »


    Les mots reconquéraient leur place.

    « Ainsi la prose fait de nous tous des impotents » … lorsqu’elle fuit le créateur.

    Ce dernier scruta la ligne mouvante en fond de paysage sur lequel la proue oscillait sans égard.
 Il ne savait plus ce qu’il devait faire, où aller, bien que sa destination fut arrêtée …
« Nous sommes de la même trempe que les illusions, et notre imperceptible destin est environné de brume »


    Drapé dans sa cape, la plume de son feutre, figée telle celle de son écritoire, il affrontait le froid à la proue du navire, ses pensées en passe d’être saisies comme les flots par l’hiver.

    Il n’avait été qu’incompris dans son pays, pas un de ses vers n’avait été clamé avec ardeur, aucune main pour l’applaudir, ni théâtre ni mécène pour le soutenir …
« C’est un fléau de l’époque que les insensés mènent les amblyopes »

    C’est pourquoi il voguait vers une contrée ignorante de son existence …

    Deviendrait-il l’auteur célèbre pour sa maîtrise de la poésie et la richesse tant de ses intrigues que de ses personnages, alors qu’il s’exprimerait dans une langue qui n’était pas encore sienne …

    Il servirait de maître aux générations suivantes bien que personne ne résoudrait l’énigme de ses origines ou de son époque : le mystère ferait de lui une référence.

    Il y veillerait.

    « Se lamenter sur un échec accompli, c’est le biais le plus fatal pour en provoquer un autre »


    Le succès après la huée tout comme le soleil aidé du vent, au-dessus de lui , poussait peu à peu les nuages.


    « Écrire n’est pas suffisant, il faut écrire vrai »





    Toutes les citations sont des parodies de celles de Shakespeare .

    Dans l’ordre : Roméo et Juliette - Hamlet - Les Tempêtes, Prospero - Le Roi Lear - Othello - Le Songe d’une nuit d’Été.