L’homme de sa Vie resta de Marbre !

david,michel-ange,galleria-dell-academia,florence,musée.sculpture

- Écoute ma poule, tu ne peux pas venir tous les jours comme ça admirer ce … … Mec ! Sans espoir de retour.
- Tous les jours - sauf - les jours de fermeture.
- « Sauf les jours de fermeture ». On va y torcher notre séjour à Florence ; il y a autre chose que la Galleria dell’Accademia* et … ce …  ce …  suPERB’ spécimen !

Nat nota bien l’hésitation lubrique dans le ton de son amie …

- Je t’interdis de le reluquer !
- Ma poule, 4,34 mètres de beauté pure … Tu blagues ? …
- … Et arrête de m’appeler « ma poule »
- T’as qu’à pas te comporter comme telle !

Dire que cette fille était la meilleure sculptrice de leur classe !

Quand on l’entendait parler, on l’aurait crue plutôt sortie des Halles que de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris.
Mais regarder à nouveau « David » lui fit oublier école, marché et poissarde tandis qu’elle relevait les yeux vers Lui, divinement écrasée par sa taille dont la ligne athlétique subjuguait.
Voyait-on nu plus majestueux même sur les couvertures de magazine empilant sportifs sur pompiers ?

NON.


Le regard alourdi d’un froncement de sourcils passait loin au-dessus du mortel qui cherchait en vain (essentiellement Nat en fait) à le capter.

Tant d’artistes s’étaient cassé les doigts (bien fait !) sur ce marbre de Carrare : Agostino di Duccio, Antonio Rossellino et tous ceux que l’on avait bien autant oubliés … Seul Michel-Ange avait réussi l’exploit de sculpter dans la blancheur du bloc sans le moindre ajout, la silhouette du jeune berger.

«  Ce que David a fait avec sa fronde, moi, Michel-Ange, je l’ai fait avec mon art »

(Un certain sens du slogan ce vieux Mikel !!!)

Nat nota une fois de plus la largeur des mains un rien trop grandes en rapport avec l’anatomie de l’homme (cependant elle s’en serait bien accommodé - surtout sur elle).
Elles renforçaient la puissance que la fronde négligemment posée sur l’épaule semblait nier …
Et ce déhanchement subtil - digne de figurer sur un calendrier ! - un rien provoquant qui vous …

Bref el …

- Ça y est ! s’énerva Dorie

Nat la fixa sans comprendre.

- Ton temps est é-cou-lé.

Ce qui déclencha en Nat le geste de trop : elle osa toucher le marbre, exactement le mollet gauche, légèrement à l’oblique de l’autre comme pour marquer une nonchalance qui ne pouvait que vouloir tromper l’adversaire qui le défiait plus loin : le terrible GOLIATH !

Saül **! Être Goliath et Mourir !         De la main de ce héros !!

Au contact de la pierre Nat ressentit presque une brûlure naissant là où sa main créait le contact, jusque dans ses pieds.
Si cela ne s’appelait pas « alterner le chaud et le froid », elle en donnerait cette seule main à couper !

La force de David était peut-être sur le point de lui être communiquée quand :

- Signorina, per cortesia, è vietato toccare !*** contra une voix sévère

Nat présenta des excuses en italien sous le poids cette fois de deux regards désapprobateurs : ceux de l’agent de musée et Dorie - David semblant se désintéresser de son cas.

- Sortons de là avant que tu ne sois définitivement bonne à enfermer, décida Dorie en la prenant par le bras,
- tu es privée de visite en ce lieux jusqu’à la fin de notre séjour.

Et sans lui laisser le temps d’un adieu, elle la traîna dehors vers la fontaine de Mostra Marini.





* Il y a quelques années, le « David » de Michel-Ange était exposé à la Galleria dell’Accademia à Florence
** Saül était le roi du peuple juif du temps de David
*** Traduction : "Mademoiselle, s’il vous plaît, il est interdit de toucher !"

Les commentaires sont fermés.