Le triangle de Loriol

traffic,bouchon,embouteillage,ralentissement,échangeur,autoroute

Route à l’infini vers les montagnes. Le bitume roule sous mes pneus.
Camion !
Virage légèrement sur la gauche. Je double.
L’horizon à nouveau visible …  avec les nuages qui font bloc en lieu et place des cimes.


HÔ! …
Camion
Je me dégage.
Un pont comme perdu au-dessus de l’autoroute frôle mon champ de vision du toit de la voiture.

Et puis rebelote :
CAMION.

Je fonce pour l’oublier loin derrière moi.
Le goudron serpente, zèbre le paysage qui s’aplanit au long des kilomètres.
Une file de véhicules s’amasse soudain devant mon pare-choc ; le traffic ralentit.

CA-MIONS !!!Camions.jpg
Deux sur la droite (un avec un bidule ovale qui sent le produit dangereux) - (l’autre sans doute farci de denrées périssables) et le troisième les dépasse (en trimballant cinq à six voitures neuves)
Mais rien d'anormal !

 

 

 



A nouveau l’asphalte désert.
Je lance ma playlist au moment où un flash info interrompt la musique pour un état de circulation sur le réseau routier français.
AccidentBlablablaBouchonsBlablablaInterférence et obstructionBlablabla
Je remets mes chansons ; pourtant cette fois au bout de quelques kilomètres c’est un sacré pack de voitures qui me freine.

D’où elles sortent celles-là ?
La moitié ont le derrière qui clignotent -                  Mauvais signe !
Je suis contraint à remettre la radio dont la voix trompeusement veloutée annonce un bouchon sur l’A7 -
partie E15 au niveau de l’échangeur nº 16 de                             Loriol-sur-Drôme.Loriol.jpg

Cela met Montélimar à 90 minutes au lieu de 30.

Est-ce que ça pourrait être pire ?

Mon téléphone vibre sur le siège à côté.
- Où es-tu ? (c’est ma mère)
Dans la voiture.
- Que fais-tu ?
Je conduis.
- Tu téléphones en conduisant ?
Ma mère donc !
- TOUT-LE-MOND’ t’attend pour la Saint-Sylvestre …

Déjà « TOUT-LE-MOND’ » se résume à - Ma mère donc ! - deux cousins neurasthéniques, une tante lointaine à tous points de vue plus son petit-fils - un nouveau. Ensuite ils vont m’attendre encore longtemps ! (Secrètement j’espère pour après la Saint-Sylvestre).

Pourquoi s’étonner d’une telle affluence un jour connu pour ses départs en masse ? Et du plaisir qui l’accompagne : les carrosseries remplies des mêmes tronches en biais ?
Alors que je rêvasse (j’ai dû raccrocher entre-temps), en comptant le nombre d’autos d’une certaine couleur ou de la marque untel - sur fond de I Don’t Wanna Live Forever, j’oublie d’avancer d’un millimètre et me fait klaxonner.

A se croire en plein Bermudes à l’envers : là où tout devrait disparaître, tout se multiplie, à mi-chemin (c’est le contexte qui fournit l’image) - des religions et de la légende !

Nouvel-AN.jpg

Les commentaires sont fermés.