Freudlich

« Les écrivains écrivent pour la célébrité, la richesse, le pouvoir, et pour l’amour des femmes »
Sigmund Freud

Ouais. C’est bien de lui !!!

 

 

 

Malheureusement pour Freud, Astérisme (son pseudo), était une femme.
Et elle écrivait.
Pour la célébrité ?
Apparemment non.
La richesse ?
Elle avait bien une épargne        …       pour la vider à chaque coup dur.
Le pouvoir ?
Autant en rire.
Pour l’amour des femmes ?


Elle écrivait parce qu’elle devait libérer son imagination de toutes ces histoires qui encombraient son cerveau,
 parce que cette envie subite de prendre un papier et un crayon enfin plus souvent un clavier et une souris, était aussi forte que celle qui vous conduisait aux toilettes.
L’image était quelque peu triviale mais néanmoins juste !

Astérisme, qui tirait son pseudo d’un phénomène lumineux typique du saphir étoilé et dû aux minuscules imperfections qui rendaient la pierre encore plus belle (oui sans aucun doute il s’agissait de présomption), Astérisme cette fois pourtant manquait d’idées.

Qu’allait-elle pouvoir raconter ?
Freud aurait sûrement une idée sur son manque d’inspiration.
Peut être la tendance typiquement féminine à l’hystérie ?
Ou encore à cause du regret lancinant de ne pas posséder le pénis originel ?

Allez ! C’était encore lui « accorder trop de pouvoir ».

Elle allait raconter l’histoire d’un homme qui s’ennuyant profondément, avait inventé une astuce pour maintenir les femmes dans un carcan moral.
Il appellerait cela Science et s’en ferait le roi incontesté.

C’était facile ?
Incontestablement.
Mais Ô combien défoulatoire !

Les commentaires sont fermés.