Histoires de Lundi - Page 2

  • Les yeux en face DU Trou

    Alors qu’à l’horizon celui du trou noir s’approchait à la célérité de la lumière, Anton se demanda si la singularité qui l’attendait, en serait pour une fois vraiment une.

    Ou bien traverserait-il un pont genre Einstein-Rosen ?

    « L’astuce est de traduire les contraintes de l’équation Bootstrap en problème de géométrie »

    Simple.

    « Imagine les 4 points d’une fonction de corrélation à 4 points qui encode virtuellement chaque élément d’un CFT comme un rectangle … blablabla … si on perturbe un système conforme dans les coins 1 et 2 et qu’on mesure les effets des coins 3 et 4 … gnagnagna … et qui titille le système aux coins 1 et 3 et qu’on mesure les coins 2 et 4 et alors que la même fonction de corrélation étant valable …  »

    S’il n’avait pas été superstitieux Anton aurait dit : du Vyacheslav tout craché !
    Mais il l'était.
    Et pourquoi était-ce les délires de Vyacheslav dont il se souvenait juste au moment où il allait entrer dans un four à spirales qui sans doute le crapahuterait comme une brioche - (est-ce qu’une brioche pouvait crapahuter d’ailleurs ?)

    Cette fois c’est Riccardo qui aurait déliré sur l' « unitarité » d'une telle équation.
    Guacamolesque !
    Le destin d'Anton, tel son vaisseau, semblait osciller entre « espace nul » et « densité infinie ».

    Le dit espace autour de lui parut se resserrer autant que sa poitrine sur son coeur ou vice-versa étant donné que le propulseur tourna dans tous les sens ne sachant plus si c’était sur lui-même, autour du vortex ou droit dessus.

    Quand il crut comprendre ce qu’il vit, il eut peine le temps d’envoyer un - sans doute - dernier message …

    « Hê les gars ! C’est pas du tout c’que vous croyiez. Y'a …  »

                                           … interrompu.

  • Plus Violent que « 300 », plus Romantique que « 10 000 » … … 50 000 !

    Je sais je sais. J’étais censée être en vacances - Et alors ? …  50 000 visiteurs ça se fête, non ?

    Lire la suite

  • Le Par* - iiiiiii

    - Balle !

    Jambes écartées avec son club entre les mains il fit pivoter son buste penché pour élever la canne et frappa avec cette force que l’on aurait cru concentrée dans le grip.
    Son compagnon de jeu patientait à l’écart doigts sur la hanche et l’autre appuyée sur le driver.

    A l’issue de leurs coups et sans rien se dire, ils rejoignirent leur voiturette pour avancer sur le chemin surveillé par un lot d’arbres qui écartés du terrain de jeu, semblaient craindre l’impact d’un lancer.

    Ils passèrent à l’utilisation des wedges.

    - Si je fais ce trou en deux coups, je ne licencie que 80 personnes lundi.

    L’homme qui avait parlé, exhibait la minceur des silhouettes dessinées sur les affiches des films de Jacques Tati. Celui qui fouillait dans son sac de golf soupesait le double dans un pantalon à motifs écossais.

    Le premier balaya l’air deux fois sans toucher la balle.

    - Ça m’a tout l’air d’un air-shot ! Dans les deux cas de figure ! ricana le second
    - Ce qui ne t’évite pas l’objet du pari.
    - Je mise le secteur informatique : 120 personnes.
    - Tu blagues ? Il est basé en Inde, tu ne risques rien.
    - Non, je parlais du dernier service qui reste à L…
    - Ok. Pari tenu.

    Beaucoup plus loin près de l’étang, la balle tomba à l’eau tout comme 175 personnes à G… bien sûr en trois fois selon les trous répartis sur le parcours qui précédait la mare.

    Vers la semi-colline dont les vagues soulevaient le terrain en contrepoint, l’un des deux fut obligé de dropper parce que la balle était tombée près d’un buisson. Il mesura deux longueurs à l’aide de son driver et marqua l’endroit avec son tee. Il releva son club et tira.
    Cependant comme il savait la pénalité d’un coup appliquer, il dut engager l’emploi de 200 personnes.


    Lorsqu’ils en furent à utiliser les putters il n’y avait  guère plus que les filiales à mettre sur le green.



    * Le Par : au golf, selon la difficulté du trou, un nombre de coups à jouer est fixé à l’avance. C’est ce que l’on appelle « le par ». Par exemple dans un trou de par 3, il faut idéalement terminer le parcours en seulement 3 coups. (source : linternaute.com)

     

    carte,postale,vacances,été,repos,absence,retour



    En espérant que nous retrouverons notre travail au retour …
    En souhaitant que vous ayez encore envie de revenir sur ce blog …

    Je vous fixe rendez-vous au lundi 4 septembre 
    ben ouais hun … 2017 !